Création de scénarios pédagogiques : le jeu sérieux au service de la classe renversée

N°1 – « Pratiques de la communication », 2019

par Anne-Marie HINAULT


Sommaire



La professionnalisation, qui est au cœur des formations en IUT, est non seulement intégrée à des modules dédiés (les stages en entreprise, les projets tuteurés et le Projet Personnel Professionnel ou PPP) mais également abordée dans le cadre de projets transversaux[1]. Ceux-ci peuvent s’articuler autour de mises en situation ludiques particulièrement propices à l’innovation pédagogique.

Le dispositif présenté dans cet article concerne la création de scénarios pédagogiques portant sur l’entretien de recrutement et sur l’interview de professionnels, réalisés par des étudiants et des enseignants (expression-communication, anglais et PPP) de DUT tertiaires, Gestion des Entreprises et des Administrations (GEA) et Techniques de Commercialisation (TC), de l’IUT de Paris. Il s’agit plus précisément de serious games[2] créés sur des supports vidéo-ludiques et conçus par des étudiants pour des étudiants qui souhaitent se préparer à différentes situations de sélection (entretien pour un stage, un emploi, un contrat d’apprentissage ou une poursuite d’études en Licence Professionnelle) ou améliorer leur technique de l’interview. Cette nouvelle approche d’exercices inscrits dans les Programmes Pédagogiques Nationaux des IUT (PPN), dans les modules de PPP et/ou d’expression-communication, permet d’envisager un « changement de posture » (Cailliez, 2019) pour les formateurs comme pour les apprenants qui coopèrent dans le cadre d’une classe inversée et renversée.

Après avoir rappelé le contexte et les objectifs majeurs de ce projet collaboratif, nous aborderons les étapes de sa mise en œuvre et en analyserons les résultats en envisageant les transferts possibles.

Les contours du projet

Le contexte

Les départements TC et GEA de l’IUT de Paris ont répondu en novembre 2017 puis en octobre 2018 à l’appel à projet « Innovation pédagogique » de l’université Paris Descartes en proposant la création de scénarios pédagogiques portant sur des entretiens de recrutement et l’interview de professionnels avec le logiciel auteur Serious Factory, commercialisé par VTS Editor, un éditeur de simulateurs d’entraînement (Virtual Training Suite). Ce dernier permet de construire des scénarios comportant plusieurs scènes composées d’un décor et de plusieurs personnages virtuels. Le mode d’édition graphique intuitif est basé sur le paramétrage de blocs (QCM, questions/réponses, images, personnages virtuels, « scoring » et statistiques)[3]. Il faut savoir que cet outil est déjà utilisé dans de nombreux contextes professionnels (formation des personnels, visite d’entreprise, sensibilisation aux consignes de sécurité, etc.) et a inspiré d’autres projets à l’université Paris Descartes, dans les UFR de Médecine et de Psychologie notamment, ou dans des lycées franciliens.

Les acteurs

Les acteurs du projet sont des étudiants répartis en binômes au sein de leur groupe de TD, des enseignants de l’IUT de Paris et des ingénieurs pédagogiques de la cellule AGIR (Accompagnement à la Gestion de l’Innovation pour la Réussite des étudiants) de l’université Paris Descartes.

Les objectifs

Le projet consiste en la création de scénarios pédagogiques qui induit un travail collaboratif entre étudiants et enseignants. Il a été proposé à des étudiants de 1ère année de DUT TC et GEA et de Licence Professionnelle Ressources humaines.

Les scénarios concernent :

  • les entretiens de sélection pour un stage, un contrat d’apprentissage, une poursuite d’études ou une embauche, en français et/ou en anglais
  • l’interview de professionnels : la réalisation d’un guide de l’entretien d’un professionnel et la découverte de métiers méconnus
  • la formation du recruteur (en DUT GEA et en Licence Professionnelle Ressources Humaines).

Ce type de dispositif, qui repose sur la création d’un  jeu sérieux, doit aider les étudiants dans leur recherche de stage, d’emploi ou de poursuite d’études, en les amenant notamment à :

  • réaliser un bilan de compétences
  • améliorer leur CV
  • découvrir des métiers et des intitulés de postes
  • réaliser des fiches métiers et des portraits statistiques
  • découvrir les caractéristiques des formations accessibles après un DUT
  • analyser une offre de stage ou d’embauche
  • améliorer leur prise de contact avec un professionnel
  • s’entraîner aux entretiens de sélection (connaître les différentes phases d’un entretien, connaître les différents types d’entretien, imaginer les attentes du recruteur, se confronter aux différents types de question, éviter « les pièges »).
  • améliorer leur technique de l’interview.

Les étudiants qui participent au projet abordent ainsi des éléments clés de leur formation sous un nouvel angle, plus ludique mais tout aussi instructif. Ils se retrouvent en effet dans une situation inédite : ils doivent endosser à la fois le rôle du candidat et du recruteur, ou à la fois le rôle de l’étudiant et du professionnel, dans l’écriture des scénarios qui seront destinés à d’autres étudiants de la promotion, des autres départements et plus largement de l’université de l’année en cours et des années à venir. Ils sont ainsi amenés à acquérir ou à parfaire leurs compétences en communication orale, écrite et interpersonnelle.

Les étapes de la mise en œuvre

 La première étape consiste à prendre en main l’outil, c’est-à-dire le logiciel de création de scénarios. En DUT TC[4], cette formation est intégrée début janvier à une semaine d’activités transversales.

Parallèlement, lors de cette semaine intensive de formation qui se déroule sur trois journées, les étudiants s’approprient la thématique de leur scénario, réalisent des recherches et rédigent le script : ils définissent l’introduction au jeu, les différentes séquences avec le décor, les personnages ou avatars, les dialogues, les quizz, les FAQ, les scores, les aides mises à disposition du joueur (liens vers des sites, CV et fiches de poste réels ou fictifs), etc. En fonction du scénario choisi, l’attention sera portée sur des éléments distincts.

Scénario 1 : l’entretien de recrutement à un stage ou à une embauche

L’enseignant sélectionne et propose une liste d’offres de stage et d’embauche réelles. Il explique comment analyser une offre et fournit dans un document qu’il commente des indications précises sur la préparation d’un entretien, son déroulement, les attentes possibles du recruteur et la manière d’appréhender telle ou telle question.

Scénario 2 : l’entretien de sélection pour un contrat d’apprentissage en Licence Professionnelle

Les étudiants mènent une enquête sur la Licence Professionnelle choisie. Celle-ci porte sur le contenu et les débouchés de la formation (fiches des formations en ligne), le rythme de l’alternance, les compétences requises pour réussir dans cette formation, les entreprises qui recrutent des alternants dans cette licence, le rôle du CFA (Centre de formation d’apprentis) ainsi que le déroulement de l’entretien ou des entretiens de recrutement (questions, types d’entretien, etc.). Les interlocuteurs qui doivent solliciter les étudiants sont les responsables de ces Licences Professionnelles et surtout des étudiants qui suivent ou ont suivi ces formations.

Scénario 3 : l’interview d’un professionnel pour réaliser un guide de l’entretien

L’enseignant fournit aux étudiants une liste de professionnels avec leur métier et leurs coordonnées. Cette année, le choix du département s’est porté sur les métiers de la distribution, souvent mal connus des étudiants. Un Maître de Conférences associé, cadre au sein du groupe Carrefour, a permis d’étoffer le nombre de contacts.

Avant l’interview, ils doivent réaliser les trois documents suivants : la fiche métier, le portrait statistique du métier, la préparation de la rencontre et le guide de l’entretien (Chabault, 2018). Nous rappelons ici brièvement le contenu de chaque document.

  • La fiche métier

Elle regroupe des éléments caractérisant la réalité objective du métier. Les données générales à rechercher sont :

    • les secteurs et branches d’activité au sein desquels se trouve ce métier
    • la définition du métier
    • les activités et missions
    • le profil requis : compétences sollicitées
    • les qualifications requises : diplômes et filières attendus
    • les conditions d’exercice (responsabilité, autonomie, temps de travail, type de contrat, rémunération, etc.)
    • l’évolution professionnelle

Quelques sources en ligne sont proposées : ONISEP, L’Étudiant, APEC, Pôle Emploi.

  • Le portrait statistique

Il consiste en une photographie du métier et de son univers professionnel. Celle-ci repose sur le recueil de données statistiques.

Les données à rechercher sont :

    • la répartition hommes/femmes
    • l’âge moyen des professionnels du métier
    • le niveau d’études moyen
    • la répartition géographique
    • le type de contrat de travail
    • la rémunération moyenne

Quelques sources en ligne sont proposées : INSEE, CEREQ, Indeed.

  • Le guide de l’entretien

Les étudiants doivent créer, en contexte, un guide d’entretien à l’aide des informations de la fiche métier et du portrait statistique (il s’agit de comparer la réalité objective du métier et la perception du métier par l’interlocuteur) et des informations recueillies sur les réseaux professionnels tels que LinkedIn. À l’issue de l’interview, ils retranscrivent les questions et les réponses, puis scénarisent l’ensemble : le scénario devra permettre au joueur de comprendre comment réaliser un entretien efficace, en évitant tous les pièges qui peuvent se présenter (mauvaise préparation, guide de l’entretien incomplet, préjugés sur le métier…).

Cette première étape donne lieu à une évaluation portant essentiellement sur deux critères :

    • la qualité de la recherche et/ou de l’enquête présentée sous forme de fiches synthétiques
    • la pertinence du premier script (logique du parcours proposé au joueur)

La deuxième étape consiste en la co-construction de chaque scénario par les étudiants, l’ingénieur pédagogique et l’enseignant. En DUT TC, cette étape se déroule sur cinq séances de 1h30.

Nous vous présentons ici un extrait de scénario consacré au processus de recrutement en Licence Professionnelle Métiers du commerce international – Parcours Développement durable (MIADD). Le « jeu » comporte six scènes :

  • une introduction
  • un entretien avec une amie, destiné à la recherche d’informations sur la Licence Professionnelle en question
  • un entretien de motivation via Skype avec le responsable de la formation
  • un entretien de recrutement avec le DRH de l’entreprise qui pourrait accueillir l’apprenti
  • la suite de cet entretien en anglais
  • et enfin une scène de « feedback » qui interprète les résultats du joueur.

L’extrait ci-après est une copie du travail d’un binôme étudiant et concerne les 3 premières scènes (cliquer sur l’image ci-dessous pour consulter l’ensemble du document).



Les captures d’écran ci-jointes illustrent des éléments clés de la scène 3 :

Voici un deuxième exemple : l’interview (ici synthétisée) d’une professionnelle de la distribution, à savoir une responsable de secteur. Le scénario comporte cinq scènes :

  • une introduction au jeu,
  • la rencontre avec la professionnelle
  • une scène de questions/réponses menée par la professionnelle
  • l’interview de la professionnelle par l’étudiant
  • le « feedback » fait au joueur.

Scène 1 : Introduction

Julie : Bonjour et bienvenue dans la simulation d’une rencontre entre un professionnel et un étudiant qui échangent sur le métier de responsable de secteur.

Décor : salon professionnel

Chacune de vos réponses sera scorée : une excellente réponse vous rapportera 10 points, une bonne réponse vous rapportera 5 points et une mauvaise réponse ne vous rapportera aucun point.

Contexte : Vous êtes immergé dans la peau de Jules, élève en terminale ES qui est intéressé par le métier de responsable de secteur. Lors d’un salon professionnel, vous rencontrez Marie Duval, responsable du secteur produits frais chez Carrefour avec qui vous converserez sur le métier.

Un site web et une fiche métier seront proposés à l’étudiant afin de faciliter ses choix de réponses.


Scène 2 : La rencontre

Jules : Bonjour, je suis Jules, élève de Terminale ES et je suis intéressé par le métier de responsable de secteur et j’aimerais avoir quelques informations.

Marie Duval : Bonjour Jules, je me présente, je suis Marie Duval, responsable du secteur produits frais chez Carrefour. Comment puis-je te renseigner ?

Jules : J’aimerais bien savoir en quoi consiste réellement votre métier, connaître les différents parcours possibles pour y accéder et les qualités requises pour l’exercer.

Marie Duval : Très bien. Alors, nous allons d’abord voir si tu t’es bien renseigné sur le métier.


Scène 3 : La professionnelle pose des questions à l’étudiant

1) Selon toi quelle est la meilleure formation pour exercer ce métier ?

  1. Doctorat comptabilité finance (0 point)
  2. Master professionnel dans le domaine de la distribution (10 points) 

  3. DUT Techniques de commercialisation (5 points)

2) Quelles sont les qualités primordiales requises pour exercer le métier de responsable de secteur ?

  1. Bon sens relationnel, être à l’écoute, capacités managériales (10 points)
  2. Créativité, autonomie, rigueur (0 point) 

  3. Disponibilité, dynamisme, empathie (5 points) 


3) Quel est l’objectif principal du responsable de secteur ?

  1. Veiller à la bonne cohésion d’équipe (0 point) 

  2. Promouvoir les produits de son entreprise (5 points) 

  3. Générer du chiffre d’affaires (10 points) 


4) Qui sont les principaux collaborateurs d’un responsable de secteur ?

  1. Chefs de rayons et direction générale des magasins (10 points) 

  2. Producteurs et clients (0 point) 

  3. Négociateurs et chefs des ventes (5 points) 


Scène de transition : Briefing

Contexte : Vous êtes maintenant dans la peau de la responsable de secteur Marie Duval et vous avez pour mission de répondre aux interrogations de Jules sur le métier que vous exercez. CONTINUEZ.

Julie : Maintenant que vos réponses ont été enregistrées, vous allez conseiller Jules.


Scène 4 : L’étudiant pose des questions à la professionnelle

1) Quels sont les principaux avantages et inconvénients du métier ?

  1. Impossible de s’ennuyer mais salaire peu élevé (0 point) 

  2. Diversification des tâches mais journées très chargées (10 points)
  3. Métier enrichissant mais environnement bruyant et stressant (5 points) 


2) Faut-il nécessairement de l’expérience pour exercer ce métier ?

  1. Oui, il est nécessaire d’avoir au minimum un bac+2 et de l’expérience dans la grande distribution (10 points) 

  2. Non, il vous suffit juste d’avoir le bac (0 point) 

  3. Oui, il faut avoir été chef de rayon avant de devenir responsable de secteur (5 points) 


3) Quel est le salaire mensuel brut moyen d’un débutant chef de secteur ?

  1. 1700 euros (0 point) 

  2. 3000 euros (10 points) 

  3. 2400 euros (5 points) 


4) Quelle peut être l’évolution professionnelle du métier ?

  1. Augmenter son salaire (5 points) 

  2. Aucune possibilité d’évolution envisageable (0 point) 

  3. Gravir les échelons vers des postes de direction (10 points)

Les visuels ci-dessous illustrent une partie de la scène 3 :

Une séance est consacrée à une première évaluation par les pairs : chaque binôme teste et évalue plusieurs scénarios qu’il n’a pas réalisés pour proposer des pistes d’amélioration. Cette étape est très importante, car elle permet aux différents binômes de prendre conscience des failles de leur scénario : séquences qui manquent de complexité, interactivité insuffisante, absence de « feedback », etc.

La troisième étape, qui est gérée par les ingénieurs pédagogiques, est consacrée à l’intégration des voix (il n’y a initialement que du texte écrit) qui peut se faire au moyen de voix enregistrées en studio ou par l’intégration de voix synthétiques prévues par le logiciel. Au préalable, ils organisent une séance d’évaluation des productions avec l’enseignant responsable du groupe et des étudiants de l’université. Ces derniers sont inscrits en DU PAREO (Diplôme universitaire Passeport pour la réussite et l’orientation) et sont particulièrement intéressés par ce dispositif qui les aide dans leur processus de réorientation. Les critères de cette évaluation, qui donne lieu à une note par binôme, sont les suivants :

  • la pertinence des informations concernant la Licence Professionnelle choisie ou le métier choisi
  • l’originalité et la complexité du scénario
  • la qualité de l’expression
  • le niveau et la variété de l’interactivité (questions, quiz, QCM, études de cas, etc.)
  • la qualité des supports créés pour le scénario (CV, fiches de poste, photos, etc.)
  • la pertinence des « feedbacks » (scores, conseils, retours auprès de l’apprenant)

Les scénarios aboutis sont mis en ligne sur la plateforme Moodle de l’université et rendus accessibles au plus grand nombre (IUT, université).

Résultats et analyse

Du côté des étudiants scénaristes 

Ce type de projet permet de rendre plus attractifs l’entraînement à l’entretien de recrutement et la réalisation d’un guide de l’entretien professionnel. Il comprend une première phase construite sur le principe de la classe inversée selon la configuration suivante : « les étudiants sont invités à aller chercher les savoirs dans les contextes. Ils recherchent des informations sur une thématique donnée, documentent les sujets qui leur ont été attribués, vont sur le terrain (…) et préparent avec ce matériau une activité pour leurs collègues » (Lecoq, Lebrun, 2016, p. 7). Dans un second temps, il repose sur le principe de la classe renversée, une approche en « do it yourself » (Cailliez, 2016, p. 203). Les étudiants apprécient cette configuration : la co-élaboration ou le « codesign » leur permet d’être davantage acteurs de leur formation, constructeurs du savoir (Cailliez, 2019, p. 29), et nécessairement de prendre de la hauteur par rapport à des exercices relativement classiques inscrits, selon les spécialités de DUT, au programme du PPP et/ou d’expression-communication. L’approche transversale (PPP, expression-communication, TIC et anglais pour certains scénarios) participe de la réussite de ce type de projet, valorise la créativité des apprenants  et  respecte les différents styles et rythmes d’apprentissage (Djaouti, 2016, p. 9) propres à un public hétérogène (bacs généraux et technologiques). Les étudiants proposent d’ailleurs, dans une interview réalisée en 2018, d’utiliser l’outil dans d’autres situations, telles que des études de cas ou encore des capsules explicatives sur des concepts difficiles du programme[5].

Au travers de cette expérience, les étudiants acquièrent ou améliorent également de nombreuses compétences en communication :

  • ils recherchent, traitent et restituent de l’information
  • ils prennent la parole dans un contexte professionnel, prennent des notes, reformulent, adaptent leur discours à différentes cibles
  • ils organisent et structurent leurs propos
  • ils travaillent en équipe

Du côté des utilisateurs

Les livrables sont mis en ligne sur la plateforme Moodle de l’université. Ils constituent une base d’exercices, disponible pour tous les étudiants et les enseignants responsables de modules de professionnalisation. Le principe d’essaimage est ainsi assuré. Surtout, le jeu, avec ses scores et ses « feedbacks », permet « l’apprentissage par essais et erreurs » (Djaouti, 2016, p. 2).

 Du côté des enseignants 

 Le projet permet aux enseignants porteurs du projet de s’engager dans un nouveau mode d’accompagnement, de prendre la posture de « directeurs des opérations » (Cailliez, 2019, p.  29). Il les invite également à mutualiser leurs pratiques entre différents départements dans la mesure où ce modèle est transférable : il peut être repris par l’ensemble des spécialités de DUT et porter sur d’autres thématiques (gestion de conflit, négociation, conduite de réunion, respect de process, etc.).

Les limites

 Ce projet a été lauréat du Prix d’innovation pédagogique AGIR 2018 à l’université Paris Descartes. Il ne faut cependant pas ignorer les contraintes de mise en œuvre. Le logiciel est payant : sans soutien financier et négociation de la part de la cellule AGIR en amont, nous n’aurions pas obtenu suffisamment de licences. De plus, il faut équiper une salle informatique, dans la mesure où le poids des fichiers rend l’utilisation sur des ordinateurs portables difficile. Par ailleurs, ce  projet demande beaucoup de temps de préparation en amont et de correction en aval. Enfin, pour aboutir à des scénarios d’une bonne qualité, il faut envisager au moins 25 heures de TD avec l’aide de collègues ou ingénieurs pédagogiques qui maîtrisent le logiciel.

Conclusion

 La création de scénarios pédagogiques répond finalement à quatre objectifs qui intéressent particulièrement les enseignants d’expression-communication : le renforcement des compétences communicationnelles en contexte professionnel, la collaboration entre étudiants et enseignants, la mutualisation des pratiques et la transversalité au sein d’un département, d’un IUT et plus largement d’une université.

Bibliographie

Cailliez, Jean-Charles (2016), « La classe renversée … une approche en « do it yourself », in Dumont, Anne et Berthiaume, Denis (dir.),  La pédagogie inversée. Enseigner autrement dans le supérieur avec la classe inversée. Louvain : De Bœck.

Cailliez, Jean-Charles (2019), La classe renversée. L’innovation pédagogique par le changement de posture. Paris : Ellipses.

Chabault, Vincent (2018), Construire son projet personnel et professionnel – Guide destiné aux étudiants pour la découverte des métiers et de l’environnement professionnel. Licence/DUT/Bachelor. Paris : Editions EMS.

Djaouti, Damien (2016), « Serious Games pour l’éducation : utiliser, créer, faire créer ? », Tréma, 01 juin 2016 [en ligne]. Disponible sur http://journals.openedition.org/ trema/3386 ; DOI : 10.4000/trema.3386

Lecoq, Jules et Lebrun, Marcel (2016), La classe à l’envers pour apprendre à l’endroit, Louvain Learning Lab (LLL), [en ligne]. Disponible sur https://cdn.uclouvain.be/groups/cms-editors-lll/carnets/Classes_Inversees.pdf

Notes

[1] Ce projet a été présenté aux Journées Pédagogie et Professionnalisation des IUT en mars 2019 à Saint-Nazaire.

[2] Nous citons, pour préciser cette notion, le site Eduscol qui reprend la définition de Julien Alvarez : « Application informatique, dont l’objectif est de combiner à la fois des aspects sérieux (Serious) tels, de manière non exhaustive, l’enseignement, l’apprentissage, la communication, ou encore l’information, avec des ressorts ludiques issus du jeu vidéo (Game) ». Toutes les définitions sont répertoriées à l’adresse suivante :

https://eduscol.education.fr/numerique/dossier/apprendre/jeuxserieux/notion/definitions/jeu-serieux

[3] Tous les détails se trouvent sur le site de l’éditeur à la page : https://seriousfactory.com/logiciel-auteur-vts-editor/

[4] Dans un souci de synthèse, seule la mise en œuvre au sein du département TC sera détaillée dans cet article.

[5] Serious Factory, « La classe renversée à portée de main avec VTS Editor : témoignage de l’IUT Paris Descartes », 10 octobre 2018 [en ligne]. Disponible sur https://www.seriousfactory.com/community/clients/temoignages-iut-paris-descarte-classe-renversee/

L’auteur

Anne-Marie Hinault est agrégée de Lettres modernes. Elle enseigne l’expression-communication à l’IUT Paris, au département Techniques de Commercialisation, qu’elle dirige depuis 2016. Membre de l’AECiut depuis 2005, elle en est devenue vice-présidente en 2015. Elle a notamment dirigé l’ouvrage Didactique de la communication 2 (L’Harmattan, 2016).