AAC n°2 (2020) : De l’écriture créative aux écrits professionnels : comment développer les compétences rédactionnelles des étudiants ?


Élément clé de l’insertion professionnelle, la maîtrise de l’écrit – dans ses dimensions linguistique, pragmatique, textuelle – est naturellement un des enjeux fondamentaux de la formation des étudiants, en particulier du 1er cycle universitaire. Les exigences de l’enseignement supérieur varient grandement d’une formation à l’autre : il peut s’agir d’écrits académiques (synthèses de documents, résumés, dissertations, etc.), d’écrits techniques (procédures, notices) et/ou professionnels (notes, rapports). L’objectif commun de ces différents documents réside néanmoins dans le fait d’amener les étudiant·e·s à produire des textes clairs, corrects et adaptés aux différentes situations de communication. Le second numéro de Pratiques de la communication se donne ainsi pour but d’interroger les enjeux de la formation aux compétences rédactionnelles : quelles sont les évolutions concernant l’apprentissage de ces différents écrits ? Quelle place donner, dans ce contexte, à l’écriture créative ? Quelles compétences vise-t-on dans les différentes activités de rédaction mises en oeuvre et comment les évaluer ? Voici quelques-unes des questions que pourront aborder les contributeurs et contributrices de ce numéro.

On pourra par exemple s’intéresser à la place donnée, au sein des pratiques pédagogiques, aux écrits intermédiaires (brouillons, premières versions, rédactions préparatoires) : il s’agit alors de concentrer le travail des étudiants sur le processus de production d’un texte, davantage que sur le produit final. Dans cette perspective, l’apport de la génétique textuelle pourra éclairer les compétences développées par le travail de « l’avant-texte » (Bellemin-Noël, 1972). Par ailleurs, comme le remarque le linguiste Christophe Leblay (2014 : 103), « préférer une approche centrée sur la production écrite, plutôt que sur le produit, implique un choix technologique très particulier propre à rendre compte du dynamisme de cette production ; autant le choix du papier que celui de l’écran sont des choix relevant d’une technologie, ces deux choix étant valides pour mettre en relief une dynamique de l’écriture. » La question des différents supports utilisés dans la construction d’un écrit s’avère ainsi de première importance : dans un environnement où domine le numérique, quelle place laisser au papier ? Quelles innovations pédagogiques les TICE permettent-elles dans la pratique de l’écrit ? Dans le même ordre d’idées, on pourra également examiner les bienfaits de la diversification des modes d’écriture, individuels et collectifs (Reuter, 1996) et les apports de l’écriture collaborative en ligne (Gilliot et Garlatti, 2012).  

Ce numéro accueillera en outre des contributions portant sur l’apport de l’écriture créative dans le développement des compétences rédactionnelles des étudiants. En effet, parce qu’elle « renoue le cognitif et l’affectif, le savoir et l’éprouver, qui sont les deux facettes inséparables de tout apprentissage » (Perdriault, 2014 : 9), l’écriture créative, notamment lorsqu’elle est pratiquée en ateliers, peut être un moyen de conduire les étudiants à une appropriation de la posture de scripteur, voire à une réconciliation avec l’écrit. Plus largement, l’atelier d’écriture participe à la construction du sujet en tant que « sujet-écrivant » (Lafont-Terranova, 2009) : l’acte d’écrire excède alors largement la dimension utilitariste du texte professionnel pour s’inscrire comme une étape dans la formation de l’individu et de son rapport à lui-même et au monde. Quels leviers psychologiques et sociaux l’écriture créative mobilise-t-elle ? Comment l’articuler aux autres écrits ? Comment accompagner les étudiants dans ce type d’activité ? Comment (et faut-il) évaluer ces écrits ?

Ce thème, qui se veut largement ouvert, n’est exclusif d’aucun champ académique (sciences de l’éducation, sciences du langage, sciences de l’information et de la communication, sciences cognitives, sociologie, psychologie, lettres et arts). Deux formats pourront être proposés : un format court (20 000 signes environ), pour les analyses de pratiques et un format plus long (35 000 signes) pour les articles théoriques.

Les propositions d’article (3000 signes maximum), accompagnées d’une brève bibliographie et d’une courte présentation du rédacteur doivent être envoyées avant le 15 janvier 2020 en fichier .DOC ou .RTF à l’adresse pratiquesdelacommunication@gmail.com. Les articles retenus seront à remettre au plus tard le 30 avril 2020, pour une publication en juin.

Bibliographie

  • Bellemin-Noël, Jean (1972). Le texte et l’avant-texte, Paris : Larousse.
  • Gilliot, Jean-Marie et Garlatti, Serge. (2012). « Écritures collaboratives pour des cours ouverts sur le web ». Colloque International de l’Université à l’Ère du Numérique, Lyon. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00709445
  • Lafont-Terranova, Jacqueline (2009). Se construire à l’école, comme sujet-écrivant : l’apport des ateliers d’écriture. Namur : Presses Universitaires de Namur.
  • Leblay, Christophe (2014). « Les écritures intermédiaires réflexives en littératie avancée », Le français aujourd’hui n°184, p. 103-115
  • Perdriaux, Marguerite (2014). L’écriture créative. Démarche pour les empêchés d’écrire et les autres. Toulouse : Éditions Érès.
  • Reuter, Yves (1996). Enseigner et apprendre à écrire. Paris : ESF.