Archives de catégorie : Appels à contribution

AAC 3 : Enseigner la communication à distance en temps de pandémie : innovations et limites


Il y a un an, la propagation de l’épidémie de SRAS-cov2 a contraint le monde universitaire à passer tous ses enseignements à distance, sans délai ni préparation. Enseigner à distance un cours conçu à l’origine pour être donné en présentiel est un défi de taille (Bonfils, 2020 ; Villiot-Leclercq, 2020) dans tous les champs disciplinaires, même si chacun a ses propres spécificités. La crise s’installe dans le temps et différentes modalités sont expérimentées, du tout distanciel à l’hybride en passant par le comodal (Gobeil-Proulx, 2019 ; Naffi, 2020). Au-delà des questions spécifiques des dispositifs techniques alternant présentiel et distanciel, les enseignants ont été confrontés à des problèmes de personnalisation des parcours, d’hétérogénéité des niveaux, ou encore de passivité des étudiants. Répondre à ces problématiques a pu être source d’innovation, mais aussi occasionner de la frustration..

Les modalités de l’enseignement majoritairement à distance en temps de crise posent des questionnements spécifiquement à la communication : sur la prise de parole, l’expression de soi, la collaboration ou encore l’évaluation de l’oral. Par ailleurs, la crise sanitaire a obligé enseignants et étudiants à intégrer les outils numériques dans leur quotidien. Mais au-delà des enseignements, c’est toute la société qui s’est emparée des outils numériques pour compenser la distanciation sociale, sollicitant massivement les compétences informationnelles et la culture numérique (Cardon, 2019) de la population, dans les situations de télétravail ou de loisirs.

Cet appel à contribution interroge le basculement à distance des cours de communication dans l’enseignement supérieur et propose de dresser un bilan critique et réflexif sur l’expérience des enseignants et la manière dont les étudiants vivent ce mode d’apprentissage. Trois questionnements seront à privilégier :

  • Quelles sont les transformations dans l’activité d’enseignement amenées par le contexte de pandémie ?
  • En quoi le recours massif aux outils numériques dans la société et dans le monde professionnel en particulier influe-t-il les contenus d’enseignement en communication ?
  • A l’aune des enseignements à distance, de ses limites et de ses empêchements, quelles sont les spécificités de l’enseignement de la communication et de son nécessaire appui sur une interaction en présentiel ?

Sur l’axe des transformations de l’activité enseignante, les contributions pourront prendre la forme de comptes rendus d’expérience ou de recherches-actions. Plusieurs approches sont possibles : le développement professionnel des enseignants, l’innovation pédagogique, la conception de ressources, le travail collaboratif ou encore les modalités d’évaluation… Dans tous les cas, il conviendra de développer une démarche réflexive prenant, si possible, appui sur la littérature scientifique.

Concernant les contenus d’enseignement, les propositions pourront se pencher sur la question de l’évolution des cultures d’entreprise en termes de communication comme la digitalisation du recrutement (Cousserand-Blin & Pinède, 2018) ou le recours accru aux réunions distantes. On peut en effet se demander en quoi ces évolutions professionnelles peuvent modifier les contenus d’enseignement autour des techniques de recherche d’emploi ou encore de la communication organisationnelle par exemple. La question de la culture numérique des étudiants comme objet d’enseignement pourrait donner lieu à des contributions. En effet, les plateformes mobilisées pour les enseignements ont pu contribuer à développer des écritures plurimédias ou à intégrer de l’hypertextualité (Marcoccia, 2016 ; Penloup, 2017) dans les échanges entre étudiants ou avec les enseignants. Enfin, le développement des compétences transversales, comme le travail en autonomie particulièrement important pour la réussite des étudiants dans un contexte d’isolement, peut également faire l’objet de propositions.


Le dernier axe pourra aborder les questions des limites techniques (connexion, interopérabilité…) et de la précarité numérique des étudiants, les questions d’équité que génère celle-ci (Naffi et al., 2020) ou encore les problématiques liées à l’évaluation (plagiat, tricherie). Les difficultés d’implication et de motivation des étudiants dans le contexte d’un enseignement à distance subi sont également une piste possible. Les propositions ne devront pas se limiter à poser un constat subjectif, mais devront étayer leur point de vue sur une collecte de données ou témoigner d’une démarche d’objectivation. Les analyses pourront s’accompagner de propositions pour contourner les limites identifiées ou encore mettre en évidence la nécessité des interactions en présentiel pour certains enseignements.


Ce thème, qui se veut largement ouvert, n’est exclusif d’aucun champ académique (sciences de l’éducation, sciences du langage, sciences de l’information et de la communication, sciences cognitives, sociologie, psychologie, lettres et arts, sciences de la gestion). Deux formats pourront être proposés : un format court (20 000 signes environ), pour les analyses de pratiques et un format plus long (35 000 signes) pour les articles théoriques. Indiquer le format retenu dans la proposition.
Les propositions d’article (3000 signes maximum), accompagnées d’une brève bibliographie (Style APA 7e ed.) et de 5 mots clés doivent être envoyées avant le 15 mars 2021. Les articles seront à déposer sur la plateforme NumeRev.  Les propositions seront expertisées en double aveugle. La composition du conseil scientifique est disponible sur le site de la revue : https://pratiquescom.numerev.com/comites
Pour plus d’information : pratiquesdelacommunication@gmail.com 

Calendrier :
● Soumission de la proposition avant le 15 mars 2021
● Retour aux auteurs le 15 avril 2021
● Réception de l’article complet : 15 juillet 2021
● 2e retours aux auteurs : 1er septembre 2021
● Réception de la version finale : 1er octobre 2021
● Publication novembre 2021

Bibliographie
Bonfils, P. (2020). Repenser les dispositifs de formation à l’aune de la pandémie ? Distances et médiations des savoirs. 31.  http://journals.openedition.org/dms/5583
Cardon, D. (2019). Culture numérique. Presses de Sciences Po.
Cousserand-Blin, I., & Pinède, N. (2018). ‪Digitalisation et recrutement‪. Communication Organisation, n° 53(1), 9 16.‬‬‬‬
Gobeil-Proulx, J. (2019). La perspective étudiante sur la formation comodale, ou hybride flexible. Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire / International Journal of Technologies in Higher Education, 16(1), 56 67.
Marcoccia, M. (2016). Analyser la communication numérique écrite. Armand Colin.
Naffi, N., Davidson, A.-L., Kaufman, R., Clarck, R., Beatty, B., & Paquelin, D. (2020). Disruption in and by Centres for Teaching and Learning During the COVID-19 Pandemic Leading the Future of Higher (N. Naffi, Éd.). Université de Laval. https://www.docdroid.com/L0khasC/whitepaper-disruption-in-and-by-centres-for-teaching-and-learning-during-the-covid-19-pandemic-leading-the-future-of-higher-ed-21-08-2020-pdf
Naffi, N. (2020b). Le modèle de conception de cours hybride-flexible (HyFlex) : Une stratégie pédagogique gagnante en ces temps d’incertitude. Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, 17(2), 136-143. https://doi.org/10.18162/ritpu-2020-v17n2-14
Penloup, M.-C. (2017). Didactique de l’écriture : Le déjà-là des pratiques d’écriture numérique. Le francais aujourd’hui, N° 196(1), 57 70.
Villiot-Leclercq, E. (2020). L’ingénierie pédagogique au temps de la Covid-19. Distances et médiations des savoirs. Distance, 30. http://journals.openedition.org/dms/5203

 

 

 

 

AAC n°2 (2020) : De l’écriture créative aux écrits professionnels : comment développer les compétences rédactionnelles des étudiants ?


Élément clé de l’insertion professionnelle, la maîtrise de l’écrit – dans ses dimensions linguistique, pragmatique, textuelle – est naturellement un des enjeux fondamentaux de la formation des étudiants, en particulier du 1er cycle universitaire. Les exigences de l’enseignement supérieur varient grandement d’une formation à l’autre : il peut s’agir d’écrits académiques (synthèses de documents, résumés, dissertations, etc.), d’écrits techniques (procédures, notices) et/ou professionnels (notes, rapports). L’objectif commun de ces différents documents réside néanmoins dans le fait d’amener les étudiant·e·s à produire des textes clairs, corrects et adaptés aux différentes situations de communication. Le second numéro de Pratiques de la communication se donne ainsi pour but d’interroger les enjeux de la formation aux compétences rédactionnelles : quelles sont les évolutions concernant l’apprentissage de ces différents écrits ? Quelle place donner, dans ce contexte, à l’écriture créative ? Quelles compétences vise-t-on dans les différentes activités de rédaction mises en oeuvre et comment les évaluer ? Voici quelques-unes des questions que pourront aborder les contributeurs et contributrices de ce numéro.

On pourra par exemple s’intéresser à la place donnée, au sein des pratiques pédagogiques, aux écrits intermédiaires (brouillons, premières versions, rédactions préparatoires) : il s’agit alors de concentrer le travail des étudiants sur le processus de production d’un texte, davantage que sur le produit final. Dans cette perspective, l’apport de la génétique textuelle pourra éclairer les compétences développées par le travail de « l’avant-texte » (Bellemin-Noël, 1972). Par ailleurs, comme le remarque le linguiste Christophe Leblay (2014 : 103), « préférer une approche centrée sur la production écrite, plutôt que sur le produit, implique un choix technologique très particulier propre à rendre compte du dynamisme de cette production ; autant le choix du papier que celui de l’écran sont des choix relevant d’une technologie, ces deux choix étant valides pour mettre en relief une dynamique de l’écriture. » La question des différents supports utilisés dans la construction d’un écrit s’avère ainsi de première importance : dans un environnement où domine le numérique, quelle place laisser au papier ? Quelles innovations pédagogiques les TICE permettent-elles dans la pratique de l’écrit ? Dans le même ordre d’idées, on pourra également examiner les bienfaits de la diversification des modes d’écriture, individuels et collectifs (Reuter, 1996) et les apports de l’écriture collaborative en ligne (Gilliot et Garlatti, 2012).  

Ce numéro accueillera en outre des contributions portant sur l’apport de l’écriture créative dans le développement des compétences rédactionnelles des étudiants. En effet, parce qu’elle « renoue le cognitif et l’affectif, le savoir et l’éprouver, qui sont les deux facettes inséparables de tout apprentissage » (Perdriault, 2014 : 9), l’écriture créative, notamment lorsqu’elle est pratiquée en ateliers, peut être un moyen de conduire les étudiants à une appropriation de la posture de scripteur, voire à une réconciliation avec l’écrit. Plus largement, l’atelier d’écriture participe à la construction du sujet en tant que « sujet-écrivant » (Lafont-Terranova, 2009) : l’acte d’écrire excède alors largement la dimension utilitariste du texte professionnel pour s’inscrire comme une étape dans la formation de l’individu et de son rapport à lui-même et au monde. Quels leviers psychologiques et sociaux l’écriture créative mobilise-t-elle ? Comment l’articuler aux autres écrits ? Comment accompagner les étudiants dans ce type d’activité ? Comment (et faut-il) évaluer ces écrits ?

Ce thème, qui se veut largement ouvert, n’est exclusif d’aucun champ académique (sciences de l’éducation, sciences du langage, sciences de l’information et de la communication, sciences cognitives, sociologie, psychologie, lettres et arts). Deux formats pourront être proposés : un format court (20 000 signes environ), pour les analyses de pratiques et un format plus long (35 000 signes) pour les articles théoriques.

Les propositions d’article (3000 signes maximum), accompagnées d’une brève bibliographie et d’une courte présentation du rédacteur doivent être envoyées avant le 15 janvier 2020 en fichier .DOC ou .RTF à l’adresse pratiquesdelacommunication@gmail.com. Les articles retenus seront à remettre au plus tard le 30 avril 2020, pour une publication en juin.

Bibliographie

  • Bellemin-Noël, Jean (1972). Le texte et l’avant-texte, Paris : Larousse.
  • Gilliot, Jean-Marie et Garlatti, Serge. (2012). « Écritures collaboratives pour des cours ouverts sur le web ». Colloque International de l’Université à l’Ère du Numérique, Lyon. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00709445
  • Lafont-Terranova, Jacqueline (2009). Se construire à l’école, comme sujet-écrivant : l’apport des ateliers d’écriture. Namur : Presses Universitaires de Namur.
  • Leblay, Christophe (2014). « Les écritures intermédiaires réflexives en littératie avancée », Le français aujourd’hui n°184, p. 103-115
  • Perdriaux, Marguerite (2014). L’écriture créative. Démarche pour les empêchés d’écrire et les autres. Toulouse : Éditions Érès.
  • Reuter, Yves (1996). Enseigner et apprendre à écrire. Paris : ESF.