Archives par étiquette : Information-communication

AAC 3 : Enseigner la communication à distance en temps de pandémie : innovations et limites


Il y a un an, la propagation de l’épidémie de SRAS-cov2 a contraint le monde universitaire à passer tous ses enseignements à distance, sans délai ni préparation. Enseigner à distance un cours conçu à l’origine pour être donné en présentiel est un défi de taille (Bonfils, 2020 ; Villiot-Leclercq, 2020) dans tous les champs disciplinaires, même si chacun a ses propres spécificités. La crise s’installe dans le temps et différentes modalités sont expérimentées, du tout distanciel à l’hybride en passant par le comodal (Gobeil-Proulx, 2019 ; Naffi, 2020). Au-delà des questions spécifiques des dispositifs techniques alternant présentiel et distanciel, les enseignants ont été confrontés à des problèmes de personnalisation des parcours, d’hétérogénéité des niveaux, ou encore de passivité des étudiants. Répondre à ces problématiques a pu être source d’innovation, mais aussi occasionner de la frustration..

Les modalités de l’enseignement majoritairement à distance en temps de crise posent des questionnements spécifiquement à la communication : sur la prise de parole, l’expression de soi, la collaboration ou encore l’évaluation de l’oral. Par ailleurs, la crise sanitaire a obligé enseignants et étudiants à intégrer les outils numériques dans leur quotidien. Mais au-delà des enseignements, c’est toute la société qui s’est emparée des outils numériques pour compenser la distanciation sociale, sollicitant massivement les compétences informationnelles et la culture numérique (Cardon, 2019) de la population, dans les situations de télétravail ou de loisirs.

Cet appel à contribution interroge le basculement à distance des cours de communication dans l’enseignement supérieur et propose de dresser un bilan critique et réflexif sur l’expérience des enseignants et la manière dont les étudiants vivent ce mode d’apprentissage. Trois questionnements seront à privilégier :

  • Quelles sont les transformations dans l’activité d’enseignement amenées par le contexte de pandémie ?
  • En quoi le recours massif aux outils numériques dans la société et dans le monde professionnel en particulier influe-t-il les contenus d’enseignement en communication ?
  • A l’aune des enseignements à distance, de ses limites et de ses empêchements, quelles sont les spécificités de l’enseignement de la communication et de son nécessaire appui sur une interaction en présentiel ?

Sur l’axe des transformations de l’activité enseignante, les contributions pourront prendre la forme de comptes rendus d’expérience ou de recherches-actions. Plusieurs approches sont possibles : le développement professionnel des enseignants, l’innovation pédagogique, la conception de ressources, le travail collaboratif ou encore les modalités d’évaluation… Dans tous les cas, il conviendra de développer une démarche réflexive prenant, si possible, appui sur la littérature scientifique.

Concernant les contenus d’enseignement, les propositions pourront se pencher sur la question de l’évolution des cultures d’entreprise en termes de communication comme la digitalisation du recrutement (Cousserand-Blin & Pinède, 2018) ou le recours accru aux réunions distantes. On peut en effet se demander en quoi ces évolutions professionnelles peuvent modifier les contenus d’enseignement autour des techniques de recherche d’emploi ou encore de la communication organisationnelle par exemple. La question de la culture numérique des étudiants comme objet d’enseignement pourrait donner lieu à des contributions. En effet, les plateformes mobilisées pour les enseignements ont pu contribuer à développer des écritures plurimédias ou à intégrer de l’hypertextualité (Marcoccia, 2016 ; Penloup, 2017) dans les échanges entre étudiants ou avec les enseignants. Enfin, le développement des compétences transversales, comme le travail en autonomie particulièrement important pour la réussite des étudiants dans un contexte d’isolement, peut également faire l’objet de propositions.


Le dernier axe pourra aborder les questions des limites techniques (connexion, interopérabilité…) et de la précarité numérique des étudiants, les questions d’équité que génère celle-ci (Naffi et al., 2020) ou encore les problématiques liées à l’évaluation (plagiat, tricherie). Les difficultés d’implication et de motivation des étudiants dans le contexte d’un enseignement à distance subi sont également une piste possible. Les propositions ne devront pas se limiter à poser un constat subjectif, mais devront étayer leur point de vue sur une collecte de données ou témoigner d’une démarche d’objectivation. Les analyses pourront s’accompagner de propositions pour contourner les limites identifiées ou encore mettre en évidence la nécessité des interactions en présentiel pour certains enseignements.


Ce thème, qui se veut largement ouvert, n’est exclusif d’aucun champ académique (sciences de l’éducation, sciences du langage, sciences de l’information et de la communication, sciences cognitives, sociologie, psychologie, lettres et arts, sciences de la gestion). Deux formats pourront être proposés : un format court (20 000 signes environ), pour les analyses de pratiques et un format plus long (35 000 signes) pour les articles théoriques. Indiquer le format retenu dans la proposition.
Les propositions d’article (3000 signes maximum), accompagnées d’une brève bibliographie (Style APA 7e ed.) et de 5 mots clés doivent être envoyées avant le 15 mars 2021. Les articles seront à déposer sur la plateforme NumeRev.  Les propositions seront expertisées en double aveugle. La composition du conseil scientifique est disponible sur le site de la revue : https://pratiquescom.numerev.com/comites
Pour plus d’information : pratiquesdelacommunication@gmail.com 

Calendrier :
● Soumission de la proposition avant le 15 mars 2021
● Retour aux auteurs le 15 avril 2021
● Réception de l’article complet : 15 juillet 2021
● 2e retours aux auteurs : 1er septembre 2021
● Réception de la version finale : 1er octobre 2021
● Publication novembre 2021

Bibliographie
Bonfils, P. (2020). Repenser les dispositifs de formation à l’aune de la pandémie ? Distances et médiations des savoirs. 31.  http://journals.openedition.org/dms/5583
Cardon, D. (2019). Culture numérique. Presses de Sciences Po.
Cousserand-Blin, I., & Pinède, N. (2018). ‪Digitalisation et recrutement‪. Communication Organisation, n° 53(1), 9 16.‬‬‬‬
Gobeil-Proulx, J. (2019). La perspective étudiante sur la formation comodale, ou hybride flexible. Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire / International Journal of Technologies in Higher Education, 16(1), 56 67.
Marcoccia, M. (2016). Analyser la communication numérique écrite. Armand Colin.
Naffi, N., Davidson, A.-L., Kaufman, R., Clarck, R., Beatty, B., & Paquelin, D. (2020). Disruption in and by Centres for Teaching and Learning During the COVID-19 Pandemic Leading the Future of Higher (N. Naffi, Éd.). Université de Laval. https://www.docdroid.com/L0khasC/whitepaper-disruption-in-and-by-centres-for-teaching-and-learning-during-the-covid-19-pandemic-leading-the-future-of-higher-ed-21-08-2020-pdf
Naffi, N. (2020b). Le modèle de conception de cours hybride-flexible (HyFlex) : Une stratégie pédagogique gagnante en ces temps d’incertitude. Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, 17(2), 136-143. https://doi.org/10.18162/ritpu-2020-v17n2-14
Penloup, M.-C. (2017). Didactique de l’écriture : Le déjà-là des pratiques d’écriture numérique. Le francais aujourd’hui, N° 196(1), 57 70.
Villiot-Leclercq, E. (2020). L’ingénierie pédagogique au temps de la Covid-19. Distances et médiations des savoirs. Distance, 30. http://journals.openedition.org/dms/5203

 

 

 

 

Parution 2020 : Les Sciences de l’information et de la communication (SIC) en IUT – 35 fiches

Audrey Alvès et Justine Simon (2020) Les Sciences de l’information et de la communication (SIC) en IUT – 35 fiches Paris, 2002 : Ellipses

  • Broché, 220 pages, 22,50 €
  • ISBN : 978-2-340-03791-5

Présentation de l’ouvrage

Audrey Alvès et Justine Simon ont dirigé un ouvrage collectif qui expose les principales notions issues des sciences de l’information et de la communication (SIC) présentes dans les programmes des 24 spécialités de DUT en vigueur depuis 2013. L’ouvrage est rédigé par 18 enseignants-chercheurs en SIC, membres du réseau des enseignants-chercheurs en SIC en IUT, et qui sont en postes dans différents départements. Le panel des auteurs englobe donc un spectre bien plus large que ceux enseignant dans les départements information-communication.

Projet inédit, cet ouvrage constitue un apport majeur à la visibilité des SIC dans les enseignements en IUT. Au-delà de la spécialité information-communication, de nombreux enseignements des autres spécialités s’y réfèrent également. Chaque spécialité de DUT comporte en effet un enseignement en communication, nommé le plus souvent Expression-Communication qui s’appuie en partie sur les connaissances issues de cette discipline universitaire. Les recrutements sur ces postes sont très hétérogènes au niveau du statut – enseignants chercheurs et d’enseignants du secondaire détachés dans le supérieur – et des disciplines de recrutement – lettres, sciences du langage et SIC. Une part non négligeable de vacataires sont également en charge de cet enseignement. Dans ce contexte, un ouvrage de clarification sur les différents concepts des SIC qui irriguent les programmes nationaux constitue un outil de formation salutaire, même si l’intention des auteurs est d’abord de faire un manuel à destination des étudiants.

L’ouvrage est organisé en sept domaines, introduit par les principales questions de recherche qu’il couvre, qui regroupent chacun cinq fiches thématiques. Au total, 35 concepts ou notions sont présentés de manière synthétique. Chacun est défini et mis en contexte, apportant aussi un éclairage sur l’histoire même du concept et sa construction au sein des SIC. Le tout est accompagné d’une bibliographie sélective regroupant les ouvrages et articles de référence sur la question traitée.

La première thématique se centre sur les théories de l’information et la communication qui sont au fondement des SIC. Après avoir donné une vision d’ensemble du champ couvert par les SIC, ce chapitre retrace l’histoire des théories de l’information et de la communication, depuis l’approche mathématique de Shannon et Weaver jusqu’aux théories de l’espace public en passant par les théories critiques de l’industrie culturelle. Ces ancrages théoriques soulignent la prise en compte progressive des publics destinataires de l’information, liant ainsi la communication et l’information.

Le deuxième chapitre aborde le thème des médias. Il s’agit d’un domaine incontournable à traiter pour permettre aux étudiants de s’intégrer dans notre société hypermédiatique. Ce chapitre propose d’abord une perspective historique sur l’origine et les évolutions des médias. Il s’attarde ensuite sur la question des médias d’actualité traditionnelle -presse, radio, télévision- avant de proposer une analyse des écritures d’actualités qui inclut les formes hypertextuelles de l’Internet. Comprendre le milieu médiatique implique de connaître aussi les enjeux économiques de cet écosystème. Le chapitre se clôt sur un descriptif des pratiques médiatiques des Français et des évolutions en devenir.

Le troisième chapitre s’intéresse à la communication interpersonnelle et à la médiation. Ces thèmes sont largement traités dans les enseignements d’Expression-Communication. Ils sont ici replacés dans une perspective historique et théorique qui permet d’en saisir toute la profondeur. En premier lieu, l’ouvrage rappelle la dimension relationnelle de la communication notamment mise en évidence dans l’approche de l’anthropologie de la communication : les situations de communication sont régies par des règles implicites qui s’acquièrent en situation. En second lieu, le chapitre précise les différentes fonctions du langage verbal, avant de rappeler l’importance des aspects non verbaux et paraverbaux de la communication. La fiche suivante met la dynamique collective au cœur de la communication. La pédagogie par projet, si présente en IUT, est un contexte propice pour en souligner les enjeux.

Le quatrième chapitre traite de la communication organisationnelle. Après un rappel des principales théories, les auteurs abordent les enjeux de la communication organisationnelle et la démarche de projet. Ces deux notions sont en adéquation avec la mission de professionnalisation des IUT.

Le chapitre suivant est centré sur les concepts de l’information-documentation : les fonctions d’un document, la démarche de recherche d’information et la gestion documentaire qui sont pratiquées quotidiennement par les étudiants. Ce chapitre offre des pistes pour amener de la réflexivité dans leurs pratiques. Les deux dernières fiches abordent les questions de l’intelligence économique, au travers des activités de veille notamment, et celles du référencement des sites Internet.

Le sixième chapitre aborde la culture numérique, depuis l’histoire d’Internet jusqu’aux problématiques de l’identité numérique, en passant par les usages des réseaux sociaux. Là encore, ces apports sont indispensables pour former des citoyens éclairés, conscients des enjeux du monde contemporain. Il faut espérer que les programmes du BUT, prévus pour 2021, intégreront ces aspects.

Le dernier chapitre se focalise sur la culture visuelle et audiovisuelle et propose une entrée par la sémiologie. Les fiches suivantes abordent la production d’image fixe et animée avant de s’interroger sur le statut de vérité des images et leur rôle dans la génération des émotions.

 L’ouvrage apporte donc des éléments théoriques indispensables au développement de la culture de l’information des étudiants. Il contribue aussi à consolider les connaissances des enseignants d’Expression-Communication qui proviennent d’horizons variés. En complément de cet ouvrage, il serait intéressant de développer une approche didactique afin d’opérationnaliser ces éléments théoriques dans la pratique quotidienne des enseignants.

Consultez le site de l’éditeur ici